vendredi 22 mars 2019

Quand le Législatif prend la peau du Judiciaire pour se payer l'Exécutif.


Le Sénat vient de se distinguer en remettant à la justice un dossier d’accusation de trois membres de l’entourage du Président de la République dans le cadre de l’affaire Benalla. En agissant ainsi, il met le doute dans certains esprits et vient de donner des arguments à ceux qui militent pour sa disparition!

Bien sûr il est dans son rôle de contrôle de l’Etat et de contre pouvoir au gouvernement tel que le définit la Constitution. Mais en menaçant ainsi le pouvoir exécutif au moment ou celui-ci fait face à plusieurs crises importantes dans les domaines sociaux, économiques et politiques, il risque de le déstabiliser et de le discréditer durablement rendant ainsi un très mauvais service à notre pays !

En effet jouer ainsi avec le feu pour des affaires qui n’ont pas un caractère de grande gravité et qui ne passionnent absolument pas les Français, qui en ont un peu marre de cette affaire Benalla aux trop nombreux rebondissements !

On a l’impression que notre Sénat,  contesté par certains dans son existence,  s’est emparé de ces affaires pour justifier celle-ci, utilisant de plus une médiatisation à outrance de ses auditions de la commission d’enquête, complaisamment  diffusées par les médias, et qui ont montré le grand décalage entre les préoccupations des Sénateurs et celles de leurs compatriotes. Il se peut que cette action soit très  contreproductive dans l’esprit des Français.

Certes, l’opinion publique est partagée sur cette action. Cela veut dire que, comme à l’habitude, les partisans de l’opposition applaudissent et ceux de la majorité crient au scandale. Où se cache donc l’objectivité ?

Mais certains mauvais esprits voient aussi dans cette attitude agressive du Sénat, la possibilité d’un règlement de comptes. En effet une réforme constitutionnelle doit être votée au Parlement pour appliquer les promesses du candidat Macron, avec en particulier la réduction du nombre de nos Parlementaires et Sénateurs.

Le Sénat est naturellement vent debout contre cette réforme car nos brillants Sénateurs n’ont pas du tout envie de se faire hara kiri ! Gérard Larcher, leur Président, s’est à plusieurs reprises opposé au pouvoir exécutif et la réforme, très symbolique et supportée par la majorité des Français, peut difficilement aujourd'hui avoir la majorité requise pour être votée au Congrès !

L’affaire Benalla (version Sénat)  est désormais entre les mains du Parquet, qui peut fort bien décider de la classer purement et simplement. Même si des imprudences ont été commises par des collaborateurs de haut niveau du Chef de l’Etat, cela apparaitrait comme une bonne décision dans l’intérêt réel de notre pays.

La France a besoin du Sénat, mais celui-ci pourrait faire la preuve de son utilité par d’autres moyens que cette insignifiante guéguerre avec le pouvoir exécutif. Il faudrait aussi peut être revoir ses prérogatives pour lui faire jouer un rôle plus important dans notre République, à l'image par exemple de ce qui existe aux Etats Unis.

mardi 19 mars 2019

Supplique pour sauver l’Europe.



Les élections Européennes auront lieu en Mai. Elles pourraient avoir une influence capitale sur l’avenir de l’Europe, non pas car le Parlement dispose de pouvoirs de la faire évoluer, mais il pourrait lui donner un nouvel élan au moment où les Britanniques décident de s’en éloigner !

La création de l’Europe, son évolution vers une plus grande intégration des nations qui la composent est un enjeu capital. Au moment où les Etats Unis reprennent leur marche impérialiste et veulent imposer au monde entier toutes leurs volontés, au moment où la Chine monte en puissance et passe à l'offensive, une Europe forte est la seule chance pour les pays de maintenir leur souveraineté.

C’est un paradoxe de voir L’Europe, première puissance économique mondiale, se faire imposer ses politiques et ses accords commerciaux par les Etats Unis qui parviennent à exercer un chantage éhonté pour obliger les Etats Européens à faire ce que bon leur semble. Seule une Europe unie peut jouer d’égal à égal avec les grandes puissances.

Mais la construction de l’Europe n’intéresse pas nos hommes politiques qui s’en servent surtout pour leurs campagnes électorales, ou bien encore pour lui mettre sur le dos la responsabilité de leurs échecs lorsqu’ils sont au pouvoir ! Il suffit d'ailleurs de constater que nos partis politiques n’envoient au Parlement de Strasbourg que des seconds couteaux, des inconnus ou bien des hommes politiques à recaser après la perte d'un mandat! En fait ils ne songent qu’à faire un bon score électoral en vue d’élections françaises suivantes, ou bien encore à limiter la casse !

Emmanuel Macron fait de beaux discours plein de généralités sur l’Europe, mais il se garde bien de proposer des mesures concrètes pour la faire évoluer. Car il faut du courage et l’esprit d’entreprise pour aller à l’encontre de toutes les positions nationalistes bien pensantes et malheureusement très répandues.

Faire l’Europe c’est créer un gouvernement Européen avec un Parlement représentatif doté de vrais pouvoirs. C’est mettre en place une économie, une fiscalité, une défense et une politique étrangère communes.

Pour cela, tous les pays doivent accepter une réduction de leur souveraineté. C’est ce qui est difficile car les hommes politiques ne veulent jamais renoncer à leur pouvoir ! Cette souveraineté est de toutes façons menacée par les grandes puissances étrangères qui interfèreront de plus en plus dans nos décisions si nous n’avançons pas dans la construction de notre communauté!

Beaucoup de Français, conditionnés par les hommes politiques, craignent que nos affaires soient ensuite entre les mains des Allemands qui, disent-ils, domineraient notre pays. Qu’ils se rassurent, ce n’est pas inévitable et ce ne serait pas non plus catastrophique de voir notre économie influencée par nos voisins si l’on considère dans quel état elle trouve aujourd’hui, gérée depuis toujours, et en toute souveraineté, par des hommes politiques Français !


Les mesures « fortes » de Macron



Décidément, chaque fois que nos gouvernants ont un problème, ils s’évertuent à inventer de nouvelles mesures ou de nouvelles lois sans recourir à celles qui sont déjà en vigueur et qu’ils n’appliquent pas. Evidemment ils veulent montrer qu’ils agissent, mais ces décisions sont rarement opportunes. Cette fois-ci nous sommes servis !

Parmi les annonces relevées dans les médias pour lutter contre les manifestations violentes: l’interdiction des manifestations « non autorisées » ! C’est simple et personne n’y avait pensé ! On se demande comment cette mesure va être appliquée !

Le remplacement du fusible Préfet de Paris, à quelques jours de sa retraite, par le Préfet de Bordeaux, qui n’a pas particulièrement fait preuve d’efficacité dans la gestion des manifestations dans cette ville, n'a d'autre but que de montrer que l’on prend des mesures !

On parle aussi de lire attentivement les déclarations des meneurs des Gilets Jaunes pour éventuellement condamner ceux qui poussent à l’émeute ! On se demande pourquoi cela n’a pas été fait plus tôt ! Le simple fait d’organiser une manif sachant qu’elle va mal tourner du fait de casseurs, dont on espère les exactions pour assurer le succès, pourrait être considéré comme un délit puni par la loi !

Et puis on va mettre des produits chimiques dans les canons à eaux pour marquer les casseurs. Malheur au citoyen lambda qui passe là par hasard et prend une rafale, il sera marqué de l’infamie ! Et ce repérage n’aura donc pas plus de valeur juridique que les preuves recueillies jusqu’ici.

On va installer des cameras et faire voler des drones de repérage. On n’en voit pas trop l’efficacité car on sait que les casseurs sont masqués et donc très peu identifiables. Les témoignages des policiers assermentés, qui sont sur place et risquent leur peau, ne suffisent donc pas ?  Et tout cela en attendant une loi anti-casseurs qui ne changera pas grand chose.

La seule solution est la répression par l’application de sanctions très sévères avec peines lourdes d'emprisonnement et fortes amendes pour payer les dégats. C’est l’unique méthode que les voyous peuvent comprendre et qu’ils craignent. Alors qu’ils viennent tranquillement aujourd’hui, certains de l’étranger, en sachant qu’ils n'est pas très risqué de manifester en France où les juges font preuve d’une clémence incompréhensible, où la Police vient peu au contact et où certains lui dénient même le droit d’utiliser ses moyens pour contrer et neutraliser les casseurs!


Si le gouvernement n’agit pas dans ce sens, si l’Etat conserve son incapacité à maintenir l’ordre, alors
 il est à craindre que ces manifestations dégénèrent de façon dramatique !

dimanche 17 mars 2019

Y a-t-il un pilote dans l'Albion?


On savait que nos amis Anglais étaient des gens parfois compliqués dont nous avions souvent du mal à comprendre le comportement, mais avec le Brexit ils se sont déchainés pour confirmer cette réputation. Il fallait en effet des trésors d’imagination pour se placer dans une situation aussi inextricable.

Leurs élus viennent de nous confirmer avec force leur volonté de sortir de l’Europe, alors que selon les sondages, aujourd'hui éclairée par toutes les difficultés entrainées par cette sortie, leur opinion publique est maintenant assez mitigée sur cette question.

L’impasse est totale : le Royaume Uni veut quitter l’Europe, mais avec un accord qui ne peut être l’accord négocié par leur gouvernement. Et l’Europe unanime de son côté déclare ne pas vouloir accepter un autre accord !

Pour compliquer encore la situation, le Parlement Britannique vient de décider, avec une forte majorité, qu’il n’était pas question d’organiser un second referendum populaire sur le Brexit. Il va lui être maintenant demandé de se prononcer une nouvelle fois cette semaine sur le traité qu’il a déjà rejeté à deux reprises !

Où est la cohérence démocratique qui amène les députés d’Outre Manche à se prononcer trois fois de suite en quelques semaines sur le même texte, alors que ceux-ci dénient à leur peuple la possibilité de se prononcer à nouveau par referendum sur le Brexit, sachant qu'il avait voté il y a plus de deux ans sur la base d’une campagne mensongère et sans bien en connaître les implications maintenant avérées?

Le drame vient essentiellement de l’exploitation que les hommes politiques Anglais font, ou ont fait, de ce Brexit pour défendre les intérêts de leur parti au détriment des intérêts de leur propre pays ! Cela avait commencé avec Cameron qui avait promis ce referendum comme argument électoral pour assurer la victoire de son parti tout en se prononçant lui-même contre la sortie. Poser une question par referendum en demandant au peuple une réponse négative pour rester au pouvoir, c’est une première, nous étions, nous, en France habitués autrefois à l’inverse !

Et aujourd’hui, la Grande Bretagne politique c'est l’obstination de Theresa May pour négocier la sortie de l’Europe alors qu’elle était contre cette sortie avant d’accéder au pouvoir, qui est quand même d’une grande originalité ! C'est un leader de l'opposition incapable de dire clairement sur quoi il s'oppose. C'est l’autre rigolo politique, ancien Maire de Londres, qui s’était dérobé pour négocier un Brexit qu’il avait  fortement supporté, et qui veut maintenant réduire l’ancien grand Empire Britannique à un nouveau Singapour !!


Ce pays qui a connu tant de grands hommes et femmes politiques dans son histoire, est décidément tombé bien bas. Souhaitons lui qu’un accord sera quand même trouvé avec l’Europe et que celui-ci ne conduira pas à son éclatement par sécession de l'Ecosse ou de l'Irlande du Nord dont la majorité des habitants souhaitent apparemment rester dans notre communauté.

Etat, Casseurs, Gilets Jaunes: alliés objectifs ?



Un nouveau désastre sur les Champs Elysées ce samedi, où les casseurs ont encore sévi. Pendant combien de temps les Français vont-ils supporter ces manifestations scandaleuses de fin de semaine ? Pendant combien de temps l’Etat va-t-il continuer de faire la démonstration de son impuissance à faire régner l’ordre et protéger les biens et les personnes ?

L’Etat, les Gilets Jaunes et les casseurs donnent l’impression d’êtres des complices objectifs, complices de ces vandalismes. D’abord, qu’ils le veuillent ou non, les Gilets Jaunes sont les premiers responsables de ces exactions. Même s’ils prétendent vouloir manifester pacifiquement, ce sont eux en effet qui donnent aux casseurs les opportunités de se défouler, et ce sont eux qui profitent de ce retentissement donné ainsi à leurs manifs du week end. Sans ces émeutes, peu de gens s’intéresseraient à celles-ci.

On ne connaît pas bien les motivations des casseurs, qui sont surtout les pillages et la destruction de la société. L‘Etat ne montre pas assez de sévérité et ne fait pas appliquer les lois sous prétexte du droit et s'évertue aussi davantage à protéger les casseurs des bavures de la police que les commerçants des destructions et des vols dans leur magasin.

En ne réagissant pas avec suffisamment de fermeté, l’Etat donne en effet l’impression de vouloir laisser faire les casseurs pour diaboliser les manifestations de Gilets Jaunes afin de pourrir et de se débarrasser de leur mouvement !

En résumé, les Casseurs utilisent les Gilets Jaunes pour commettre leurs actes criminels. Les Gilets Jaunes profitent du crime pour donner du retentissement à leurs manifs. L’Etat laisse les casseurs commettre leurs  crimes pour discréditer les Gilets Jaunes.

Les médias jouent aussi un rôle ambigu et négatif, puisqu’ ils sont capables dans le même temps de prétendre que les manifestations continuent d’avoir le soutien d’une majorité des Français, encourageant ainsi leurs auteurs, et de ne donner dans leurs sondages que 4% des voix à une liste électorale éventuelle des Gilets Jaunes aux prochaines élections Européennes ! Comprenne qui pourra!

Beaucoup de Français font de leur côté preuve d’une rare imbécillité en soutenant ces manifestations des Gilets Jaunes sans se rendre compte qu’elles vont leur coûter cher à travers leur primes d’assurance et leurs impôts, sans prévoir les dégâts provoqués sur la situation économique de leur pays qui se traduira inévitablement par une baisse de pouvoir d'achat en particulier pour les plus vulnérables d'entre eux qu'ils prétendent supporter, et sans vouloir comprendre que leurs élus ne peuvent pas régler tous leurs problèmes d’un coup de baguette magique !


Il est temps pour l’Etat de réagir. Les parlottes, les débats en tous genres ont assez duré, Emmanuel Macron doit maintenant faire preuve d'autorité et avec son gouvernement prendre les décisions énergiques qui s'imposent pour mettre un terme à tous ces désordres et toutes ces destructions! Personne ne comprend pourquoi l'Etat Français, avec tous les moyens dont il dispose, policiers, gendarmes, militaires, juges, ne peut venir à bout de quelques centaines de gangsters cagoulés!

jeudi 24 janvier 2019

Gilets Jaunes: unis dans la protestation, divisés dans l’action !



Les Gilets Jaunes semblent décidés à présenter une liste pour les prochaines élections Européennes, liste qui est loin de faire l’unanimité parmi eux. Ainsi donc ces manifestants de rue qui voulaient faire de la politique autrement, décident maintenant d’entrer dans le jeu politique, mettant en danger leur mouvement dont la diversité risque de disparaitre dans l'action politique!

On peut comprendre que certains d’entre eux souhaitent faire perdurer leur action, se sentent des ailes et succombent à une ambition personnelle, et veulent affronter les partis politiques qu’ils condamnent unanimement. Mais cette aventure électorale incohérente est probablement l’amorce du déclin de leur action !

Les premiers sondages leur donnent un score honorable, poussés par la popularité actuelle. Mais ils font surtout ressortir qu’en étant candidats, les Gilets Jaunes garantissent le net succès du parti d’Emmanuel Macron, dont ils réclament à cor et à cri la démission depuis deux mois, en divisant son opposition ! Comprenne qui pourra!

S’ils voient dans cette échéance électorale une première étape, ils ne précisent pas pour l’instant quel sera le programme que défendront leurs élus au Parlement Européen, où noyés dans la masse ils auront peine à se faire entendre pour défendre des revendications Franco-Françaises ! Il leur faudra également trouver de l’argent pour financer leur campagne et apprendre à gèrer celle-ci !

On voit mal comment leur programme une fois défini pourra être partagé avec tous les Gilets Jaunes venus d’horizons très divers et unis aujourd’hui uniquement par la colère. Certains de leurs membres ont d’ailleurs déjà eu un engagement politique dans des partis très opposés ! Vont-ils être pour la sortie de l’Euro ou de l’Europe par exemple ?

Leurs porte-paroles auto-proclamés, ou bien promus par les médias, se déchirent sur l’opportunité de cette candidature dont la tête de liste est déjà choisie, et pour laquelle les volontaires paraît-il affluent pour les 78 autres postes. C’est facile à comprendre car le job est très bien payé et net d’impôts !


Cette candidature annoncée est sans doute la meilleure nouvelle pour le Président de la République depuis plusieurs semaines, lui qui ne savait pas comment se débarrasser de ces manifestants qui revendiquaient, sondages à l’appui, le soutien de 60 ou 80% des Français. Il aura en effet beau jeu de démontrer que ce soutien était factice, puisque la liste Gilets Jaunes ne rassemblerait, d’après les sondages, qu’environ 10% de l’électorat ! Et avec l'usure du temps et la campagne électorale à venir, ce pourcentage pourrait probablement baisser !

Même si les Gilets Jaunes sont en train de se tirer une balle dans le pied, nos partis politiques d'opposition d'extrême droite ou gauche n'apprécient pas du tout, et c'est au moins le coté positif de
cette initiative!

Supplique pour la réouverture de bistrots !




!Le succès, dans la durée, du mouvement des Gilets Jaunes, outre le besoin d’exprimer en commun un mal être et des revendications, est venu aussi de la fraternité qui s’est établie entre les manifestants qui se réunissaient régulièrement sur les rond-points autour d’un brasero, avec en général quelques bons coups à boire pour se tenir chaud et célébrer leur nouvelle amitié!

Les gens qui sont sortis de chez eux, pour certains de leur solitude, ont aimé se regrouper tous les jours pour discuter, échanger leurs problèmes, leurs idées, leurs colères et refaire le monde. Cette manifestation en dehors des partis politiques prenait tout son sens dans cette convivialité retrouvée débouchant sur une grande fraternité.

Ces rencontres illustrent la frustration de notre monde moderne dans lequel les individus ont de moins en moins de lieux de rencontre, de moins en moins contacts entre eux, de moins en moins d'opportunités de se parler. Les petits commerces ou les services publics où l'on pouvait se retrouver et discuter brièvement, disparaissent progressivement. Et malgré le développement de fantastiques moyens de communication, les gens  communiquent de moins en moins.

Autrefois il y avait les bistrots ou l’on aimait se réunir en fin de journée pour boire un coup, et fraterniser.  Ils étaient nombreux dans les villes mais aussi dans tous les petits villages. C’est la télévision qui les a tués, les gens ayant préféré rentrer plus tôt chez eux pour profiter, dans le confort de leur salon, de sa nouveauté, de l’abondance de ses informations imagées et de ses spectacles de fiction ou de variétés. Les bistrots qui ont survécu dans les villes, malgré parfois une mauvaise réputation,  se sont bien sûr tous dotés de la télé !

Certains pays ont réussi à sauver ces lieux de rendez-vous, c’est le cas par exemple de l’Irlande ou de l’Ecosse ou l’on trouve, même dans les plus petites bourgades, de nombreux pubs qui sont presque toujours très animés en fin d’après midi et en soirée, et qui prospèrent, car ils sont de vrais endroits de convivialité.

C’est un paradoxe, mais nous utilisons aujourd’hui les énormes moyens de communication mis à notre disposition, pour anéantir cette communication entre individus. Autrefois quand nous prenions le bus ou le train, nous  pouvions avoir la chance de discuter un peu avec notre voisin. Ce n’est plus possible aujourd’hui car tous les passagers ont en permanence le nez enfoui dans leur smartphone ! C’est vraiment très frustrant !

Cette convivialité, cette vie sociale disparues créent aujourd’hui un réel besoin chez les gens pour de
nouveaux lieux de rencontre. Pourquoi ne pas les créer  et redonner aux gens l’envie et la possibilité de se rencontrer, se faire de nouveaux amis et échanger des idées autour de quelques verres ?
Naturellement il faudrait sans doute proposer des formules nouvelles, avec des animations et des activités diverses pouvant intéresser et attirer les clients.

Mesdames et messieurs les élus, vous qui avez un pouvoir d’incitation, et parfois plus, citoyens entrepreneurs, nous comptons sur vous !